Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 16:00

Monsieur le Président, Monsieur le Président du CESR, Chers Collègues,

 

Le 5 mars dernier, le Président Sarkozy a demandé au Premier ministre et au Parlement de procéder d’ici l’été à l’élaboration d’un texte reprenant les propositions du comité Balladur, remises ce même jour.

 

Nos craintes pour la Picardie étaient donc bien fondées puisque dans ces 20 propositions figurent le regroupement de régions et de départements et la modification de leurs limites territoriales pour en réduire le nombre à 15.

 

Et même si notre région n’est pas formellement citée dans le rapport du comité, elle n’en est pas moins en danger.

 

L’objectif étant d’atteindre 3 à 4 millions d’habitants par région, la Picardie avec moins de 2 millions d’habitants est donc particulièrement visée par le parti au pouvoir.

 

Nul ne peut le nier aujourd’hui, le démantèlement et l’assassinat de la Picardie sont bien envisagés, voir programmés par le gouvernement et l’UMP.

 

Afin de créer une diversion, le référendum proposé par un ministre Picard et repris en cœur par tous les responsables de l’UMP régionale, sur une musique bien orchestrée à l’avance, n’est qu’un écran de fumée qui ne peut nous aveugler.

 

Ce référendum, on sait que le gouvernement en ferait si le résultat ne lui convenait pas : la même chose que celui de 2005 sur la constitution européenne, lorsqu’il s’est assis sur le « NON » du peuple Français avec la complicité des députés et sénateurs de l’UMP et du PS.

 

On ne peut comprendre comment des représentants de l’UMP en Picardie osent prétendre s’opposer aux projets funestes des dirigeants parisiens de l’UMP !

 

Pas plus d’ailleurs, que les déclarations d’amour pour la Picardie, par celle qui, il y a 4 ans, trouvait cette Picardie vieillotte, à cause de ses cimetières militaires et de ses Cathédrales !

 

Ce sont donc, aujourd’hui, les complices des exécuteurs qui osent crier au secours pour la victime ! Tout est bon pour se faire un peu de publicité lorsque l’on est déjà en campagne pour 2010 !

Il est aussi amusant d'entendre la gauche parler d'histoire et d'identité, le Front National les a certainement contaminé car jusqu'à présent c'était plutôt la négation des nations des frontières, la promotion de la société multiculturelle et multiethnique. Il n'est jamais trop tard pour répandre le nationalisme même en passant par le régionalisme.

 

Le scénario du démantèlement de la Picardie est inacceptable pour les Picards que nous sommes.

 

Notre région qui a vu naître la France avec Clovis et Pépin le Bref à Soissons, Charles le Chauve à Compiègne, Charlemagne et Hugues Capet à Noyon, Jean d’Arc à Compiègne n’est pas un territoire que l’on peut écarteler. Les destructions subies et le sang versé au cours de toutes les guerres qui ont fait de la Picardie au fil des siècles une région martyre lui donne aujourd'hui le droit d'exister au XXIème siècle.  Le peuple de Picardie n’a pas vocation à disparaître par un éparpillement dans les régions limitrophes afin de satisfaire les fantasmes et les errements de politiciens parisiens incapables de régler les problèmes des Picards et des Français.

 

Le Front National réitère son refus total de voir disparaître la Picardie par un démantèlement au profit des régions limitrophes.

 

La Somme n’a rien à voir avec le Nord-Pas-de-Calais, l’Aisne n’a rien à voir avec la Champagne-Ardenne et l’Oise ne veut pas devenir la banlieue des banlieues dortoirs de la couronne parisienne et les politiques de proximités mises en place par notre collectivité depuis des années ne serviraient d’ailleurs plus à rien si ce département était phagocyté par l’Ile-de-France.

 

Quant au mode de scrutin de cette élection, il est tout aussi flou que tout le reste puisque si l'on évoque la proportionnelle, on ne connaît pas le seuil à atteindre pour que soit garantit une juste et nécessaire représentation des différents courants politiques et notamment ceux qui sont minoritaires.

 

Le Front National réaffirme son attachement aux limites administratives actuelles de la Picardie et sa volonté de défendre l’identité et les intérêts des Picards.

 

La Picardie a une histoire, elle est peuplée depuis la préhistoire et c’est elle qui a vu  naître la France.

 

La Picardie a une identité et les Picards en sont fiers.

 

La Picardie a une langue, elle est à l’origine du français.

 

La Picardie est un espace d’équilibre et de ruralité entre l’Ile-de-France et le Nord-Pas-de-Calais.

 

Pour toutes ces raisons, la Picardie doit vivre et prospérer dans l’unité de la Nation !

Repost 0
Published by Michel GUINIOT - dans Conseil Régional de Picardie
6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 10:20

 Le 5 mars dernier, le Président Sarkozy a demandé au Premier ministre et au Parlement de procéder d’ici l’été à l’élaboration d’un texte reprenant les propositions du comité Balladur, remises ce même jour.

 

Nos craintes pour la Picardie étaient donc bien fondées puisque dans ces 20 propositions figurent le regroupement de régions et de départements et la modification de leurs limites territoriales pour en réduire le nombre à 15.

 

L’objectif étant d’atteindre 3 à 4 millions d’habitants par région, la Picardie avec moins de 2 millions d’habitants est donc particulièrement visée par le parti au pouvoir.

 

Cette fusion des régions pourrait être acquise avec l’accord du Conseil Régional, on peut facilement imaginer ce que deviendrait la Picardie si l’UMP avait la majorité dans notre assemblée !

 

Quant à la possibilité du référendum, on sait depuis celui de 2005, concernant la constitution Européenne, ce que le gouvernement a fait du « NON » des Français !

 

L’UMP ayant contourné la difficulté, avec la complicité du PS, en faisant voter par les députés et les sénateurs le projet refusé par le peuple Français. Ils feront la même chose pour assassiner notre Picardie !

 

On ne peut comprendre comment des représentants de l’UMP en Picardie osent prétendre s’opposer aux projets funestes des dirigeants parisiens de l’UMP !

 

Ce sont les complices des exécuteurs qui osent crier au secours pour la victime !

 

Par ailleurs, l’élection des Conseillers Régionaux et Départementaux proposée par le rapport Balladur ne garantit pas, pour l’instant, aux courants politiques minoritaires d’être représentés dans ces assemblées.

 

Le Front National réitère son refus total de voir disparaître la Picardie par un démantèlement au profit des régions limitrophes.

 

La Somme n’a rien à voir avec le Nord-Pas-de-Calais, l’Aisne n’a rien à voir avec la Champagne-Ardenne et l’Oise ne veut pas devenir la banlieue des banlieues dortoirs de la couronne parisienne.

 

La Picardie a une histoire, elle est peuplée depuis la préhistoire et c’est elle qui a vu  naître la France.

 

La Picardie a une identité et les Picards en sont fiers.

 

La Picardie a une langue, elle est à l’origine du français.

 

La Picardie est un espace d’équilibre et de ruralité entre l’Ile-de-France et le Nord-Pas-de-Calais.

 

Pour toutes ces raisons, la Picardie doit vivre.

 

Soutenez notre action de défense des Picards, écrivez-nous :
Conseil Régional de Picardie
Michel GUINIOT
11 Mail Albert 1er
80000 AMIENS

Repost 0
Published by Michel GUINIOT - dans Conseil Régional de Picardie
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 16:06
Repost 0
Published by Michel GUINIOT - dans Conseil Régional de Picardie
3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 08:56

Parmi toutes « les salades » que le gouvernement et l’UMP tentent de vendre pour justifier la mise à mort de la Picardie, il en est une qui ne passe vraiment pas : celle du référendum !

 

Comment le Secrétaire Général de l’UMP ose t’il parler « de référendum et de prendre en compte l’avis de la population ? », alors que le gouvernement dont il était ministre ainsi que le Président de la République se sont assis sur le vote du peuple Français qui avait dit « NON » à la constitution européenne lors du dernier référendum en 2005.

 

En faisant voter par l’Assemblée Nationale et le Sénat le projet que le peuple avait refusé, le gouvernement et les parlementaires UMP et PS ont définitivement retiré sa signification et sa valeur au mot référendum !

 

Que les démocrates de pacotille et les républicains à la petite semaine, qui nous dirigent, n’emploient plus jamais ce mot !

Repost 0
Published by Michel GUINIOT - dans Conseil Régional de Picardie
2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 16:44

J'ai présenté vendredi dernier une motion, au Conseil Régional de Picardie, mettant en garde le gouvernement concernant son projet de réforme des collectivités locales incluant modification du scrutin régional.

Cette motion a eu pour effet de provoquer un vif débat dans l’assemblée à majorité socialiste et a été décidé la création d’une commission « ad hoc » chargée « du suivi des projets de réforme des institutions et des collectivités territoriales ». Par ailleurs, le Président du Conseil Régional s’est engagé aussi à organiser rapidement une session sur ce sujet.

Cette motion a donc enfin fait sortir les socialistes du bois alors qu’ils restaient bien silencieux sur cette réforme tendant à faire disparaître les conseillers régionaux.

Pour voir cette motion
cliquez ici.

Repost 0
Published by Michel GUINIOT - dans Conseil Régional de Picardie
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 15:37

Depuis presque une année, le député battu n’en finit pas de digérer sa défaite aux municipales, il continue de mentir.

 

Si Patrick Deguise est aujourd’hui Maire de Noyon, Président de la communauté de communes et Conseiller Général du canton, c’est grâce à l’UMP, Gonnot, Vaurs et Mancel en tête.

 

En 2004, je suis arrivé en tête au 1er tour des cantonales devant Deguise et Vaurs et comme nous l’avons toujours fait, j’ai proposé entre les deux tours aux responsables de l’UMP, avec l’accord de Jean-Marie Le Pen et du Front National, de retirer leur candidat qui serait évidemment battu pour empêcher la gauche de gagner cette élection et de s’implanter à Noyon.

 

Trop heureux d’empêcher le FN d’avoir de nouveau un Conseiller Général à la suite de Pierre Descaves, ils ont refusé la proposition du Front National et ont fait élire le socialiste Deguise.

 

De plus, Gonnot oublie que ce sont les Noyonnais, pas Michel Guiniot, qui ont choisit et élu P. Deguise et. Si le député compiègnois ne s’était pas incrusté à Noyon, la gauche ne serait pas à la mairie. Tout Noyon le dit encore aujourd’hui !

 

Ma présence à la Communauté de Communes du Pays Noyonnais est un acte démocratique normal et seuls les politiciens habitués aux marchandages dans le dos des électeurs peuvent s’en offusquer ! Suivez mon regard….

 

Ca, c’est la vérité !

 

Les affirmations du député relatives au projet de télé régionale par internet sont toutes aussi mensongères.

 

Le groupe Front National a simplement voté contre un amendement des Verts qui ne respectait pas les décisions prises en conférence des Présidents de groupe. L’UMP s’étant associée à cette étrange manœuvre par un mariage entre la carpe et le lapin.

C’est bien l’UMP qui s’est alliée avec l’extrême gauche, les verts et leur ami stalinien Gremetz, ce n’est pas le FN !

 

Nous avons voté contre la totalité du budget régional socialiste, y compris le projet de télé régionale !

 

Alors que l’UMP et l’UDF votent 99% des dossiers présentés par la gauche ce qui prouve qu’ils mèneraient la même politique s’ils étaient à leur place.

Par ailleurs, Gonnot oublie de dire que ses amis du Conseil Régional, votent systématiquement contre tous les amendements présentés par le FN.

 

Seul le Front National s’oppose à la gauche au Conseil Régional.

 

Ca, c’est la vérité !

 

J’invite toutes les personnes qui veulent le vérifier à assister aux séances publiques du Conseil Régional de Picardie (dates sur le site du Conseil Régional : http://www.cr-picardie.fr).

Repost 0
Published by Michel GUINIOT - dans Conseil Régional de Picardie
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 15:10

Monsieur le Président, Monsieur le Président du CESR, Chers Collègues,


Comme je l’avais annoncé lundi, les débats, et parfois même les monologues, de cette semaine n’auront pas fait changer d’un iota votre projet de budget 2009. C’est la raison pour laquelle nous avions jugé que votre budget n’était pas amendable.


Par contre, nous attendions goulûment le contre-budget annoncé lundi par le groupe UMP qui avait dû recevoir un coup de fil de leur nouveau patron, à moins que ce soit la présence du dernier arrivé dans notre collectivité qui ait secoué le cocotier, pour qu’enfin la droite fasse semblant de s’opposer au moins une fois dans l’année à votre politique, ceci surtout dans les médias.


En fait de contre budget, nous n’avons eu droit qu’à quelques amendements faits à la va-vite, car presque tous irrecevables techniquement ou même carrément piqués au Front National comme celui que j’avais moi-même présenté pour la suppression de la TIPP et pour lequel le groupe UMP avait voté contre.


D’ailleurs, comment l’UMP pourrait critiquer votre politique quand ses élus approuvent et votent 99% des dossiers que vous présentez depuis 2004 !


On a même entendu un membre de ce groupe prêcher pour la baisse des impôts alors qu’il se targuait, il n’y a pas si longtemps, de vouloir lui aussi les augmenter s’il était à votre place.


Nous sommes donc bien les seuls véritables opposants dans cette assemblée même si France 3 Picardie a choisit Madame Cayeux et Gremetz pour représenter l’opposition.


Permettez-moi, avant de donner notre position de vote de rappeler quelques données incontestables de votre budget 2009.


Nous constatons, quelques en soient les raisons, qu’en 5 ans :
- les dépenses réelles de fonctionnement par habitant sont passées de 229,12 € à 349,80€ soit une augmentation de plus de 52%,
- le produit des impositions directes par habitant est passé de 77,84 € à 81,65 €,
- l’encours de la dette par habitant est passé de 76,20 € à 145,40 €soit une augmentation de plus de 90%.


Les recettes de la région vont augmenter de 34,8 millions d’euros qui se décomposent ainsi :
- Pour la fiscalité directe, plus de 3,7 millions d’euros grâce à l’augmentation de 3% des bases d’imposition pour le foncier bâti, +2% sur le foncier non bâti et +1,5% sur la taxe professionnelle.
- Pour la fiscalité indirecte +7,5 millions d’euros grâce à l’augmentation d’un euros par cheval fiscal,
- La TIPP, que vous refusez de supprimer, grâce à l’augmentation de la part affectée par l’Etat à la région rapportera 14 millions d’euros
- La dotation de l’Etat amènera +9,6 millions d’euros.


Vous avez bien communiqué sur l’exceptionnelle absence d’augmentation des taux d’imposition mais vous n’avez pas évoqué, bien sûr, l’augmentation des bases.


Les Picards pourront d’ailleurs le constater, ils paieront tout de même plus d’impôts en 2009 !


Vous nous avez expliqué en 2004, 2005, 2006, 2007, le bien fondé de votre philosophie quant à l’énorme matraquage fiscal que vous avez effectué sur ces années là : « prélever plus d’argent dans la poche du contribuable pour faire plus pour les Picards ». C’est ce que vous prétendiez.


Aujourd’hui, vous allez diminuer les dépenses liées à la culture, aux sports et loisirs, à l’apprentissage, à la formation professionnelle, à l’action économique.


Si l’on suit votre premier raisonnement, puisque vous allez faire moins pour la Picardie, vous auriez dû prendre un peu moins dans le porte-monnaie des Picards au lieu de vous contenter d’une fausse stabilité des prélèvements ! Avec un peu de bravitude, vous auriez pu baisser les impôts et rendre ainsi du pouvoir d’achat aux Picards.


En supprimant par exemple et entre autre : les dépenses de la coopération décentralisée qui ne profitent pas aux Picards, la part régionale de la TIPP, les coûteux emplois solidaires des copains des uns et des autres, les 27 millions d’euros destinés à votre clientèle électorale, les associations, et l’inutile lutte contre les discriminations.

Car aujourd’hui la situation des Picards les plus modestes est plus critique qu’hier et le sera encore plus demain pour des milliers de familles touchées par les effets de la crise qui précipitent les entreprises et les salariés dans le gouffre.


Pour ne prendre en exemple que le département de l’Oise, qui était celui qui résistait le mieux :

Bosch, Valéo, Foncia, Teckalle, SABIC, Lin 2000, Tréfimétaux, Continental, Intersnak, St Gobain, SAV-Carrefour, Riecker, Inergy, AKZO, Goss International, Flexico, MAPA, Montupet, Decoplast, Henkel, Général de Brosserie, PSM, Arcelor Mittal, Affimet, Case New Holland, CIE Automotive, DSM Composite, Fédéral Mogul, SVE, etc, etc….


Ces entreprises, parmi les plus importantes, ont : ou fermé définitivement, ou le feront prochainement, ou délocalisent, ou licencient, ou mettent au chômage technique leurs salariés.


Je pourrais faire le même inventaire pour la Somme ou l’Aisne et y ajouter les PME-PMI, les commerçants, les artisans qui vont, demain, mourir en silence et envoyer leurs salariés à l’ANPE et aux restos du cœur.


Comment ne pas avoir peur du lendemain, lorsque la précarité et l’insécurité sociale s’invitent chez les familles touchées par le chômage et qui ne pourront pas assurer l’avenir de leurs enfants et souvent même, les nourrir décemment !


La France est aujourd’hui proche de la situation économique et sociale qu’a connu la Pologne après les bienfaits du communisme libérateur.


Voici donc ce qu’a produit le modèle de société préconisé et mis en place, au nom du capitalisme sauvage et du libéralisme euro-mondialiste, par les amis de M. Sarkozy, mais aussi grâce à la complicité active de la gauche européiste et altermondialiste, mais mondialiste quand même !


La gauche et la droite, depuis 25 ans, chantent sur la même musique et parfois d’une même voix, les mêmes cantiques louant l’Europe, le marché mondial et la politique supranationale contre la politique de protection et d’indépendance nationale, du respect de la Nation et des hommes et des femmes qui la composent et qui participent par leur travail à la prospérité de celle-ci.


Aujourd’hui, c’est le peuple qui paie l’addition de vos utopies et de vos erreurs communes volontaires ou involontaires.


Les modèles de sociétés marxistes, socialistes et maintenant capitalistes sont morts. Malheureusement votre budget en est encore une illustration. C’est une toute autre volonté, une autre ambition, un projet national, populaire et social qu’il faut pour la Picardie.


Votre budget se situe aux antipodes de cela, c’est pourquoi nous voterons contre.

Repost 0
Published by Michel GUINIOT - dans Conseil Régional de Picardie
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 10:50
Monsieur le Président, Monsieur le Président du CESR, Chers Collègues,

Le hasard des dates fait que, cette année, l’ouverture de notre semaine budgétaire correspond avec la fête de l’Aïd el-Kebir, je ne vous accuserai donc pas, comme l’an dernier, de vouloir égorger le cochon de contribuable mais plutôt de sacrifier sur l’autel de votre budget de nombreuses espérances des Picards, tout comme seront aujourd’hui sacrifiés d’innombrables agneaux.

La lecture et l’étude attentives de votre projet de budget 2009 auraient pu légèrement m’intriguer. Mais j’ai réalisé, qu’en ce début de décembre 2008 nous venions d’entrer dans le temps de l’Avent !

Dans votre cas, il ne s’agit pas de cette période prévue chez les catholiques pour préparer la fête de Noël.

Votre temps de l’Avent, à vous, c’est celui qui se situe juste avant la prochaine campagne électorale régionale.

Donc tout s’explique :
C’est la raison pour laquelle, cette année, vous avez rangé le gourdin fiscal dans le placard de votre bureau, en n’augmentant pas les taux de fiscalité directe, afin de faire croire à l’agneau Picard que vous ne l’assommerez pas en 2009, juste avant les élections de 2010.

Et pourtant, à la place du gros gourdin, vous vous servirez de votre petite matraque pour l’estourbir tout de même, avec l’augmentation des bases d’imposition de 3% pour le foncier bâti, de 2% sur le foncier non bâti et de 1,5% pour l’impôt imbécile, la taxe professionnelle.

Ce petit coup de matraque fera tout de même progresser, de 2%, vos recettes fiscales directes.

Non content de maintenir au maximum le racket sur l’automobiliste Picard par le biais de la part régionale de la TIPP, vous allez donner un autre petit coup de matraque sur ce même automobiliste en augmentant le prix du cheval sur la carte grise pensant que cela passerait inaperçu du grand public.

Au fil des pages des documents budgétaires, on découvre d’autres éléments étranges, mais qui ne surprendront pas l’observateur avisé puisqu’il s’agit d’un budget pré-électoral.

Par exemple : la petite baisse des dépenses liées à la culture, aux sports et aux loisirs, où tellement d’euros ont été précédemment engloutis, ne trompera personne.

Par contre, la baisse des sommes consacrées à la formation professionnelle et l’apprentissage peut sembler inquiétante dans le contexte économique et social actuel. Vous nous expliquerez peut-être pourquoi durant les débats qui auront lieu cette semaine.

Je ne vous ferai pas aujourd’hui un catalogue des espoirs déçus, je vous réserve cela pour vendredi, après les débats et le vote des amendements qui grâce au système électoral, imaginé par le PS et mis en place par l’UMP, ne serviront pas à grand-chose nous en sommes bien conscient. Les amis de M. Sarkozy, qui voulaient présenter, dans un unique but médiatique, un budget électoraliste et fantomatique, tout autant qu’inutile, le savent pourtant aussi.

Ils sont d’ailleurs les plus mal placés pour le faire à l’heure où leur président veut déduire les pertes boursières des impôts des riches avant de rembourser aux millionnaires les tickets perdants du tiercé, à l’heure où celui-ci annonce des mesures de relances, qui devront être financées en grande partie par les collectivités locales sans que les élus de celles-ci ne soient associés ou même consultés.

Mais, c’est vrai que M. Marleix lors du congrès de l’ARF, a carrément sous entendu que les élus régionaux n’avaient pas de légitimité, puisqu’il prétend leur en donner enfin une, grâce au sombre projet que concocte l’Elysée et le gouvernement contre les Conseils Régionaux.

Le noir dessein, à peine voilé, que prépare le charcutier électoral en chef, se révèlera être un véritable tour de cochon contre la démocratie et la diversité politique de nos assemblées régionales, déjà bien réduite en 2004. Nous en reparlerons ultérieurement.

Pour conclure, et même si je ne crois plus au Père Noël, il existe pourtant un moyen de rejeter votre budget, si ceux qui prétendent s’opposer à votre politique le veulent vraiment.

Si les élus du groupe FN, ceux des comédiens de l’UMP, les Bayroutistes, l’élue esseulée de l’UDF, les écos-écolos, les cocos-verts, les cocos-divergents, les rouges-cocos rescapés, le stalino-coco, nouvelle petite vedette des émissions de variétés, sans oublier l’unique socialiste royaliste de ce Conseil Régional, votaient contre votre budget vendredi prochain, vous devriez sérieusement revoir votre copie pour répondre aux attentes urgentes et réelles de la Picardie.

En cette fin d’année, plein d’incertitudes et de dangers pour l’avenir, les Picards n’attendent pas vraiment le Messie mais plutôt les Rois Mages.

Si vous restez sur votre projet, si vous ne réduisez pas les dépenses inutiles, si vous ne baissez pas les impôts, Monsieur le Président, vous ne serez ni Melchior, ni Gaspar, ni Balthazar !
Repost 0
Published by Michel GUINIOT - dans Conseil Régional de Picardie
18 novembre 2008 2 18 /11 /novembre /2008 09:04

Après tous les scandales engendrés par le député communiste au Conseil Régional de Picardie, ami de Chirac et Sarkozy, au, celui-ci vient encore de se distinguer par des violences inacceptables.

 

Au prétexte d’exiger la réparation d’un trou dans le sol d’une cour d’une école d’Amiens, celui-ci a bousculé le directeur des services de cette ville, puis dans l’après-midi, à l’intérieur de la mairie il s’en est pris à 3 policiers municipaux pour forcer le passage dont un déposera plainte :

N’y aura-t-il que la camisole pour arrêter cet élu communiste si bien protégé par le système ?

Repost 0
Published by Michel GUINIOT - dans Conseil Régional de Picardie
24 octobre 2008 5 24 /10 /octobre /2008 11:20

Monsieur le Président, Monsieur le Président du CESR, chers Collègues,


Tout d’abord, Monsieur le Président, je remarque que vous avez tenu compte de mes observations faites l’an dernier relativement au document qui présente ce DOB 2009.

Il est un peu plus clair que celui de 2008 et ne comporte que 49 pages.

Bravo pour l’économie de papier et de temps consacré à sa rédaction et à sa lecture, car il faut bien dire qu’il est sur le fond identique au précédent et comme l’an dernier il n’est pas plus passionnant, ni innovant.

Vous faites une énumération de plus ou moins bonnes intentions pour la Picardie avec ce vocabulaire un peu ésotérique, souvent abscons, décrivant des projets assurément utopiques et résolument socialo-écolo-marxistes.

La petite nouveauté de l’année, c’est le tribut supplémentaire que vous êtes obligés de payer à vos alliés incertains, mais si exigeants, que sont les verts, afin de faire tenir debout votre majorité bancale. Cela depuis que « Maxime le rouge » et ses amis ont trahi vos accords de 2ème tour et passent leur temps à brûler ce qu’ils étaient censés adorer : vous, Monsieur le Président.

Si cela continue et s’ils le pouvaient, vous pourriez finir comme Jeanne d’Arc !

La nouveauté donc, c’est la couleur verte qui a servi à colorer ce document.

Dès la première page le ton est donné :
« L’installation de l’éco-région solidaire »

S’il vous a fallut 4 années de gestation pour accoucher de cette foutaise, il vous faudra bien quelques siècles pour la faire fonctionner !

Pourtant, tout en évitant d’employer le mot « écologie », vous nous servez de l’éco-reponsable, de l’éco-quartier, de l’éco-conditionnalité, de l’éco-résidence.

Vous auriez pu en ajouter d’autres, je vous les donne pour l’année prochaine :

- l’éco-tourisme,
- l’éco-conduite,
- l’éco-organisme,
- l’éco-déplacement,
- l’éco-produit,
- l’éco-citoyen,
- l’éco-alternative,
- l’éco-conseil,
- l’éco santé,
- l’éco label,
- l’éco-socialo et l’éco coco.

Le seul mot qui intéresserait les Picards, vous l’ignorez, c’est le mot économie, faire des Économies !

Mais cette expression n’existe pas dans le vocabulaire de la gauche.

Afin de chloroformer le contribuable Picard, vous avez trouvé une bonne idée, présentée dans les annexes du document : « L’aide au pouvoir d’achat en 2008 ».

A la lecture de ces 14 pages, on peut penser que tout est devenu possible et presque gratuit en Picardie ! Un vrai paradis socialiste ! C’est presque Cuba !

La poursuite des études supérieures, la mobilité par le train (quand il est a l’heure et pas en grève !), le matériel scolaire, l’hébergement, le logement, la culture, le sport, les loisirs, la santé, le bien être des jeunes (tant pis pour les vieux !), la maîtrise de l’énergie, le pouvoir d’achat des stagiaires, celui des apprentis, des étudiants, etc, etc…

Je ne vous avais pourtant jamais imaginé déguisé en bonne fée avec un chapeau pointu réalisant les rêves des Picards en agitant votre baguette magique pour distribuer le bonheur !

Ces 87 millions d’euros dont vous parlez, vous les avez tout bonnement pris dans la poche des contribuables et vous ne pouvez pas faire croire que le Conseil Régional fabrique l’argent qu’il prétend distribuer si généreusement.

Pour nous, donner plus de pouvoir d’achat, c’est tout simplement prélever moins d’impôts et de taxes !

Vous nous annoncez que vous êtes conscient depuis 2004, des effets dévastateurs du néolibéralisme.
C’est surprenant, car les prises de position du PS dans les Assemblées Nationales et Européennes prouvent le contraire, nous n’oublierons pas non plus vos reniements lors du vote du congrès pour la modification de la constitution et la ratification du traité de Lisbonne, qui ont ouvert encore plus grande la porte au règne de l’argent roi, au libéralisme sauvage et la décomposition de la Nation.

Vous réaffirmez que la région doit conforter les logiques de redressement qu’elle a impulsées, au regard de ce que vous avez fait depuis 2004, ce sont surtout les augmentations des taux d’imposition sur les Picards que vous avez impulsées.
Plus loin vous dites que les impôts touchent de plus en plus les revenus faibles, c’est pour cela que vous les avez augmentés chaque année depuis 2004.

L’an dernier, je vous demandais de ne pas augmenter les impôts, vos déclarations dans la presse semblent indiquer que vous m’avez entendu avec 1 an de retard. C’est la seule bonne nouvelle pour 2009 dont on attendra la confirmation lors du budget.

Vous prétendez que, grâce aux formations, on accède plus facilement à l’emploi, pourtant au début de septembre la hausse du chômage dans la Somme était de 2,8% et dans l’Aisne de 3,3%.

Vous annoncez que le programme « Vivre l’élevage en Picardie » permettra une meilleure utilisation de l’herbe par les éleveurs. Voulez-vous dire qu’il ne leur restera que du foin à manger quand votre Europe et votre mondialisme les auront totalement ruinés ?

Vous évoquez « le bien vivre ensemble », vous vouliez certainement parler du match France-Tunisie par exemple.

Quant au concept de « la région ouverte à l’Europe et au monde », on le connaît bien, il relève d’un humour douteux au regard de l’immigration qui continue de déferler sur la Picardie.

Vous annoncez que l’asphyxie financière des collectivités est programmée, mais aux mauvaises intentions du gouvernement s’ajoute aujourd’hui la crise financière mondiale dont personne ne peut dire à cet instant qu’elle en sera l’issue.

Aujourd’hui, le CAC perd encore 10%. La place parisienne a perdu 47% de sa valeur depuis janvier.

C’est d’ailleurs tout autant le néolibéralisme que votre archéo-modialisme qui en porte la responsabilité.

Une réflexion, pleine de bon sens populaire, d’un Picard un peu Gaulois, entendu dans un petit bistrot de campagne, illustre bien le sentiment du peuple sur cette crise. Il disait :
« Quand un riche banquier pète à New York, c’est le petit épargnant Picard qui en prend plein les narines. ». C’est un raccourci osé mais tellement réaliste.

Et même si grâce à l’alliance du FN, de Charles Baur et d’une partie des élus RPR, nous vous avons laissé une excellente situation financière comme vous le reconnaissez sur votre présentation du DOB, vous devriez beaucoup plus tenir compte de cette situation nouvelle puisque les possibilités d’emprunt vont immanquablement se restreindre. D’autant plus que l’autofinancement se réduit et l’endettement de la Région progresse puisque nous passons du 3ème rang au 8ème rang des régions pour la capacité de désendettement comme la constaté le CESR.

Si vous êtes conscient de tout cela, réduisez donc toutes vos dépenses non indispensables, telles que celles consacrées au FRAC, Fond Régional des Arts Calamiteux, aux emplois solidaires et secrets, aux discriminations imaginaires, aux départements d’Afrique que vous avez annexés à la Picardie, ainsi qu’au reste du monde.

Vous écrivez que les picards se sentent concernés par le monde qui les entoure, bien sur, mais allez demander aux producteurs de lait ou aux intérimaires de chez Continental, s’ils se sentent concernés par le programme Picardie-Konni-Madaoua au Niger ?

Pour conclure rien de vraiment neuf pour 2009. Malgré le nouveau contexte économique et financier, qui va provoquer de graves remous dans la gestion des collectivités.

Si vous ne voulez pas réorientez votre politique, la prochaine année sera aussi sombre que la précédente pour la Picardie.

Repost 0
Published by Michel GUINIOT - dans Conseil Régional de Picardie

Michel GUINIOT

Noyonnais depuis 35 ans, originaire de Chauny, 56 ans, marié, 1 enfant. Artisan et commerçant durant plus de 25 ans à Noyon, je suis Conseiller Municipal de Noyon depuis 1995 et Conseiller Régional de Picardie depuis 1993.
Fonctions et Mandats :
- Conseiller Régional de Picardie
- Président du groupe FN
- Conseiller Municipal de Noyon
- Conseiller communautaire du Pays Noyonnais
- Membre du Bureau Politique du FN
- Délégué National du FN
- Secrétaire Départemental de l'Oise

Rechercher

Contactez-moi

Contactguiniot.2008@orange.fr

11, Rue de Grèce
60400 NOYON
03 44 09 02 37