Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 09:19

Vous trouverez, ci-dessous, mon intervention, faite lors du dernier Conseil municipal et concernant les orientations budgétaires 2013 de la majorité municipale de Noyon :

La dette

 

Votre présentation de l'analyse de la dette de la ville est faite pour atténuer son ampleur et surtout pour atténuer votre responsabilité.

 

Pour tenter d'y arriver, vous avez usé de plusieurs artifices :

  1. Dans les DOB des précédentes années, un tableau indiquant l'encours total de la dette, non pas par habitant, était communiqué. Cette année, plus rien ! Juste la dette par habitant ! Il est certain que de parler de 1.500 euros de dette, inquiète moins le citoyen que de lui parler d'une vingtaine de millions d'euros de dette.
  2. Le graphique présente la dette par habitant depuis 2006... Pourquoi 2006 ? Présenté ainsi, on ne s'aperçoit pas, au premier regard, que lorsque vous êtes arrivé à la mairie, en 2008, le montant de la dette par habitant était moins important qu’en 2006. Il était de 944 € en 2006, contre 937 € en 2008. La différence entre 2006 et 2012 est donc moins importante qu'entre 2008 et 2012.
  3. La présentation du tableau laisse penser que la 1ère ligne, intitulée "encours de la dette", correspond à la totalité de la dette par habitant alors que pour l'obtenir, il faut additionner l'intégralité des chiffres de la colonne. Ce que vous vous êtes bien gardé de faire.
  4. Une ligne supplémentaire dans le tableau fait son apparition : "Part de la dette génératrice de recettes" ! Cette nouveauté laisse penser que 59€ de dette par habitant produisent donc des recettes ceci sans aucune précision comme le montant des intérêts lié à ces 59€ !
  5. Une seconde ligne supplémentaire fait ressortir des montants de dette pour des engagements antérieurs à 2008. De cette façon vous tentez de rejeter une partie de la dette sur vos prédécesseurs.

 La gauche n'assume pas sa propre gestion et souhaite donc, dans la présentation des chiffres, dissimuler ou au mieux tenter d'atténuer l'augmentation de la dette et donc sa responsabilité vis à vis des Noyonnais qui devront la rembourser.

 

Cacher la poussière sous le tapis ne peut durer longtemps surtout quand la dette par habitant a augmenté de pratiquement 70% en 5 ans (69,37%), passant de 937€ en 2008 à 1.587€ en 2012.

 

Les grandes orientations du budget 2013

 

  • Évidemment, l'annonce d'une imposition stable pour 2013 n'étonne personne à un an des élections municipales. Cette soi-disant stabilité n'est qu'un trompe l'œil, puisque se sont vos amis députés de la majorité PS, comme d'ailleurs ceux de l'UMP lors de la précédente législature, qui ont augmenté les impôts pour vous, par le biais d'un amendement à la loi de finances 2013.  Ils ont même justifié l'augmentation de 1,80% des bases d'imposition par le fait que cette revalorisation éviterait aux collectivités territoriales d’augmenter leurs taux. La combine est bonne ! Les impôts augmenteront donc bien encore cette année !
  • Le recours à des modes de financements innovants tels que partenariat public/privé et délégation de service public n'étonne plus personne au regard de l'état des finances de la collectivité.
  • Élu Conseiller Municipal de Noyon depuis 1995, je désespère de lire une énième fois la sempiternelle formule relative à la diminution des dépenses de fonctionnement qui cette fois se traduit par la phrase suivante : "Effort de gestion et d'optimisation des dépenses de l'administration", qui, évidement, ne sera jamais suivi d'effet puisque page 18, il est annoncé une augmentation de la masse salariale de 2%.

La situation de Noyon par rapport au territoire

 

Le document se glorifie du fait que des équipements publics relatifs à la culture soient fréquentés par 55% de non Noyonnais. 68% pour les équipements scolaires et 65% pour les équipements sportifs.

 

Rien d'étonnant et de glorifiant ! On voit difficilement une commune comme Baboeuf construire à son tour un Chevalet ou bien un stade d'athlétisme avec un budget annuel d'environ 350.000 euros.

 

Quant à la dépopulation de Noyon, il y a une autre explication que celle abordée dans le document qui serait une soi-disant spécificité picarde, à savoir que 80% des villages autour d'un bassin de vie ont gagné en population au détriment de notre commune.

 

Cette soi-disant spécificité n'a rien de Picarde puisqu'on retrouve ce phénomène sur tout le territoire métropolitain. Pour preuve, en 5 ans, 12 millions de citadins sont venus vivre à la campagne, de plus, 10 millions d'urbains déclarent vouloir s'installer à la campagne.

 

Les urbains souhaitent quitter les villes pour retrouver une certaine tranquillité à la campagne, loin de l'insécurité, de l'immigration et de leurs conséquences.

 

Pour vous, cette fuite de la population vers la campagne justifie donc le recours à l'emprunt. C'est un peu facile : « c'est pas ma faute, c'est celle des Noyonnais qui partent... »

 

Pourtant une partie de ces Noyonnais est remplacée... puisque l'on voit de nouveaux visages tous les jours dans notre commune. Mais apparemment, pas encore suffisant pour financer vos dépenses puisqu'il s'agit bien souvent de personnes qui ne travaillent pas et qui deviennent donc indirectement ou directement une charge pour la collectivité.

 

Cependant, ces nouveaux arrivants vous assurent une clientèle électorale.

 

Les opérations structurantes de l'année 2013

 

Comme les opérations structurantes de la ville ne devaient pas être suffisantes, on a le droit aux opérations structurantes de la communauté de communes avec la super piscine plaqué-or, très certainement créatrice de milliers, voir de dizaines de milliers d'emplois ; tout comme la création de voies douces sur la route de Larbroye.

 

Tiens, c'est bizarre, pas un mot sur le futur super logo à 7.000 € de la communauté de communes, lui aussi indubitablement créateur d'emplois pour les chômeurs.

 

On a aussi le droit aux opérations structurantes, au pluriel alors qu'il n'en figure qu'une seule, du département, avec la future déviation Ribécourt/Noyon dont on parle depuis l'après-guerre.

 

Et pour finir, les opérations structurantes du niveau national, toujours au pluriel alors qu'il n'en figure qu'une seule, avec le mythique et légendaire canal Seine Nord Europe dont vous devez être le dernier encore à y croire ou du moins à tenter d'y faire croire aux centaines de chômeurs de notre ville dans l'espoir de faciliter votre réélection l'année prochaine.

 

Pour agrémenter un peu plus votre document vous auriez pu aussi ajouter les opérations structurantes européennes, internationales, planétaires et pourquoi pas cosmiques.

 

 

Pour conclure, ce DOB 2013, me laisse allègrement entrevoir ce que va être le budget 2013.

 

Un budget de propagande, d’affichage, de communication, d'annonces et d'enfumage de l'électeur en prévision des prochaines échéances électorales.

 

À l'image de votre piscine, vous commencez à toucher le fond.

 

Plus de marge de manœuvres en termes d'emprunts, gel ou diminution des recettes (telle que la DGF), baisse de la population… En un mandat, vous aurez réussi l'impossible.

 

Espérons que les Noyonnais s'en souviennent, comme de la célèbre phrase de J. Yanne : « faut pas confondre les pessimistes et les déçus. Les déçus eux ont des preuves ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel GUINIOT

Michel GUINIOT

Noyonnais depuis 35 ans, originaire de Chauny, 56 ans, marié, 1 enfant. Artisan et commerçant durant plus de 25 ans à Noyon, je suis Conseiller Municipal de Noyon depuis 1995 et Conseiller Régional de Picardie depuis 1993.
Fonctions et Mandats :
- Conseiller Régional de Picardie
- Président du groupe FN
- Conseiller Municipal de Noyon
- Conseiller communautaire du Pays Noyonnais
- Membre du Bureau Politique du FN
- Délégué National du FN
- Secrétaire Départemental de l'Oise

Rechercher

Contactez-moi

Contactguiniot.2008@orange.fr

11, Rue de Grèce
60400 NOYON
03 44 09 02 37