Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 13:38

les-elus 2240retailléMonsieur le Président, Monsieur le Président du CESER, chers Collègues,

 

Tout d’abord une remarque sur les documents budgétaires que vous nous avez transmis, puisque vous avez fait en sorte que cela soit remarquable.

 

En effet, votre volonté de faire croire à une soudaine politique de restriction des dépenses vous a incité à tenter de rendre visible des économies de bouts de chandelles dans la réalisation des 11 cahiers mis à notre disposition.

 

Fini la page de garde un peu cartonnée et en couleur, fini le papier blanc !

 

Ces documents autrefois bien lisibles et clairs ont été remplacés par une série de catalogues de pompes funèbres, on ne peut plus rébarbatifs, imprimés sur du papier en rouleau de marque « Lotus » ou « Trèfle ».

 

Votre tentative d’opération subliminale n’a pas réussi avec nous. Elle ne peut d’ailleurs être prise au sérieux lorsque l’on prend la peine d’étudier attentivement ces tristes cahiers jaunâtres, comme les élus du Front National l’ont fait au risque de devenir neurasthéniques pour de longues semaines.

 

Monsieur le Président, le 19 novembre, lors du débat d’orientations budgétaires, comme lundi dernier, lors de l’ouverture  budgétaire, je vous ai bien écouté, je vous ai ensuite lu et même relu.

 

J’ai entendu les interventions des uns et des autres durant nos différentes réunions consacrées à votre budget et je suis arrivé à la même conclusion que les années précédentes :

Le débat d’orientation budgétaire n’a rien d’un débat, les commissions enregistrent ce qui a été préparé, les amendements que nous proposons sont systématiquement repoussés et l’examen du budget que vous dites nous « proposer » est déjà entériné.

 

Rien ne vous fera changer une ligne dans vos documents. Je ne découvre pas cet état de fait, mais je pense que cette année, particulièrement, vous auriez pu tenir compte d’un certain nombre de propositions faites par l’opposition.

 

Je parle du groupe Front National, bien sûr.

 

En effet, car dès que ce budget sera voté, que les journalistes seront partis et que l’on n’en parlera plus dans les médias, le groupe des élus du gouvernement UMP reprendra ses votes positifs habituels. Soutenant ainsi les politiques qu’ils auront dénoncées, critiquées, vilipendées ; lors du budget.

 

C’est ce qu’ils ont fait, depuis 2004, durant presque déjà 7 années.

 

Je vous ai dit, l’autre jour, que vous aviez une certaine constance dans vos errements, je dois reconnaître qu’il en est de même pour ceux qui sont vos complices par les votes qu’ils joignent à votre majorité de gauche.

 

 

Je ne vais pas entrer dans une litanie de chiffres fastidieux mais j’en évoquerai juste quelques uns.

 

Vous nous avez indiqué lundi dernier « le tassement des recettes et une gestion maîtrisée de la dette se traduisent par un budget en légère diminution ».

 

C’est vrai pour une infime baisse des dépenses totales du budget puisque qu’elle représente 1,6% de ce montant. Quand au tassement, ça l’est moins, car bien que vous n’ayez plus la main sur les taux d’imposition, vous réussissez à augmenter légèrement vos recettes de 0,36% et s’agissant de la dette que vous maîtrisez, je suis encore plus septique.

 

Au 31 décembre 2010 cette dette sera de 640,8 millions d’euros.

 

En 2005, l’encours de cette dette était de 76,20 euros par habitant. Pour 2011, il s’élève à 279,87 euros, soit une augmentation de 267%.

 

Entre 2009 et 2011 la dette par habitant a augmenté de plus de 92%. Vous avez donc accéléré l’endettement des picards.

 

En 2011, 189 millions d’euros, en 2010 c’est 193 millions d’euros et pour 2011, 174 millions d’euros.

 

A ce rythme en 2013, la dette pourrait atteindre 548,63 euros par habitant.

 

Comprenez que cela nous interpelle et nous inquiète, d’autant plus que vous ne voudrez pas supprimer les politiques inutiles à la Picardie, notamment toutes celles qui sont hors compétences et non prioritaires en ces temps difficiles.

images-du-site 2217

 

 

Nous avons présenté 16 amendements, dont 14 permettant de diminuer l’emprunt.

 

Ces amendements, bien sûr, symboliques, réduiraient à eux seuls la voilure de 30 millions d’euros.

 

Ils démontrent qu’il est possible de faire des économies autres que celles faites sur la présentation des dossiers !

 

Diminuer la pression fiscale, entre autre sur les automobilistes est possible. C’est un choix politique que vous refusez de faire puisque vous faites le contraire.

 

J’attendais, moi aussi, de voir la candidate malheureuse aux élections régionales nous prouver avec un contre-budget que ses affirmations de campagne électorale n’étaient pas que du vent.

 

Le PS, lorsqu’il était dans l’opposition, l’avait fait, mais aussi le Front National sous Charles Baur, durant le mandat 92-98. Nous attendrons donc l’année prochaine.

 

 

Dans vos documents funéraires, j’ai relevé quelques points de détails dont je vais vous faire part.

 

Première observation, les annulations de titres et les remises gracieuses s’élèvent à 200.000 euros. Nous le disons régulièrement, cela commence à faire beaucoup.

 

Vous dites avoir baissé le budget communication encore heureux ! Vous l’aviez tellement augmenté qu’il atteignait des sommets !

 

C’est vrai que tout le monde communique beaucoup en Picardie. M. Xavier Bertrand qui écrit aux clubs sportifs pour critiquer le Conseil Régional, Madame Cayeux qui écrit aux maires de l’Oise et seulement de l’Oise, avec les moyens de la région, pour une opération qui ressemble au lancement d’une campagne sénatoriale.

 

Au sujet des gadgets, c’est bien de les faire fabriquer en carton recyclé, c’est moins bien lorsqu’ils sont fabriqué en Chine, peut-être par des prisonniers politiques ou des enfants de 9 ans et que leur transport de Pékin à Amiens doit faire exploser leur bilan carbone.

 

Petite indication, le portail www.picardie.fr, qui coûte bien cher, n’est pas très performant puisque c’est le budget 2009, voté en 2008 qui figure sur ce site pas très à jour.

 

Quand à la Web TV régionale, cela semble avoir du mal à décoller puisque les compteurs de vues des vidéos, qui m’étaient très favorables, ont disparu.

 

Nous ne croyons pas du tout à vos très couteuses mesurettes du plan énergie climat dont nous pourrions faire l’économie.

 

Une fois encore, une fois de plus, plutôt que de recentrer votre action sur la Picardie qui pourtant en a bien besoin, vous persistez à dépenser de l’argent à tout va sur le continent Africain alors que ce n’est pas du ressort du Conseil Régional, mais vous continuez tout de même à envoyer notre mère Theresa régionale, en voyage.

 

J’arrive maintenant au service public de formation.

 

Vous évoquez une aide pour l’obtention du permis de conduire. Merci, c’est une de mes propositions de 2004. Le Front National avait, une fois de plus de l’avance.

 

L’apprentissage : aujourd’hui, même Madame Morano, annonce un objectif de 800.000 apprentis en France, le PS découvre lui aussi les bien faits de cette filière. Tout le monde est donc une fois de plus d’accord avec les propositions du Front National, faites dans notre programme, depuis 20 ans, pendant que droite et gauche dédaignaient généralement cette filière et que les enseignants de l’époque méprisaient parfois les gamins qui la choisissaient. Je fus de ceux-ci.

Hier, nous avons demandé un audit généralisé de la filière apprentissage où un certain nombre de problèmes sont relevés.

 

La maison de l’emploi et de la formation mériterait une petite évaluation des résultats obtenus car elle nous coûte 6,5 millions d’euros.

 

Le 19 novembre dernier, vous évoquiez la mobilisation au service de la réussite et vous nous avez encore bien expliqué toutes vos bonnes raisons de ne plus financer la lutte contre l’illettrisme alors que plus de 3.500 jeunes, en Picardie, chaque année, ne savent pas lire.

 

Le problème, c’est vrai, relève de l’éducation nationale, qui devrait se remettre en question, puisque la France, pays des lumières, n’arrive qu’en 21ème position pour la lecture et au 22ème rang pour les mathématiques. Loin derrière Shanghai, la Corée du Sud, Hong Kong et la Finlande.

 

Au chapitre de la culture, quand allez-vous vous décider à mettre au pain sec notre collègue Reuters, dont les divagations culturelles et notamment cinématographiques s’aggravent budget après budget.

 

Quand vendrez-vous les collections du FRAC, si vous trouvez des acheteurs, pour fermer le temple de la rue pointin, qui regorge d’œuvres que le grand public ne veut jamais aller voir.

 

images-du-site 2172Nous n’allons pas vous répéter notre totale opposition au secret sur les emplois solidaires et est-il besoin de préciser que nous ne sommes toujours pas d’accord avec la gabegie financière faite pour la soi-disant lutte contre les exclusions, la discrimination et l’égalité des chances qui ne sont que des caches sexe de la politique de discrimination positive au profit des nouveaux arrivants et au détriment des nationaux.

 

Pour l’aménagement du territoire et les transports, mon excellent collègue, Franck BRIFFAUT, s’est très bien exprimé hier. Je ne ferai pas de redite sur ces sujets.

 

Encore quelques mots sur nos secteurs d’interventions pour vous dire notre déception :

 

Au regard de la santé, il conviendrait de mettre le turbo mais au contraire vous réduisez les dépenses.

Je vous rappelle que la Picardie est la lanterne rouge dans ce domaine avec 239 médecins pour 100.000 habitants et qu’à partir de 2011, dans 15 jours, le nombre de professionnels de santé va considérablement baisser à cause des choix politiques faits il y a 30 ans.

 

Les actions consacrées aux personnes âgées et aux handicapés nous semblent bien trop réduites alors que ces catégories de population ne cessent de s’accroitre.

 

Un mot sur l’agriculture traditionnelle, parent pauvre du Conseil Régional, qui est un peu beaucoup ignorée du budget et le tourisme qui lui hérite  seulement d’un schéma régional.

 

Monsieur le Président, hier après-midi, une fois n’est pas coutume, je suis resté souvent silencieux. J’ai observé et écouté les interventions des élus de la majorité régionale et de la majorité gouvernementale et en les entendant, j’ai vu des médecins du moyen-âge qui s’étonnaient que leur malade soit exsangue après lui avoir fait de multiples saignées.

 

C’est ce que vous semblez découvrir, aujourd’hui, gauche et droite réunies, car après avoir infligé la saignée des prélèvements fiscaux et des taxes, la saignée de la politique européiste et mondialiste, la saignée de l’Euro, la saignée de l’immigration planétaire incontrôlée, la saignée de l’insécurité physique, sociale et environnementale.

 

Vous en êtes encore à chercher les causes du très mauvais état du malade, alors que vous êtes les véritables et seuls responsables de son état.

 

Puisque vous avez été incapables de faire le bon diagnostic, d’apporter les bons soins ; préparez-vous à laisser, les uns et les autres, la place à ceux que le peuple Français conduira bientôt au pouvoir.

 

En attendant vous ne serez pas surpris que nous votions contre votre budget.

 

Michel GUINIOT

Président du groupe FN au Conseil Régional de Picardie

Conseiller Municipal de Noyon

Conseiller Communautaire du Pays Noyonnais

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel GUINIOT - dans Conseil Régional de Picardie

Michel GUINIOT

Noyonnais depuis 35 ans, originaire de Chauny, 56 ans, marié, 1 enfant. Artisan et commerçant durant plus de 25 ans à Noyon, je suis Conseiller Municipal de Noyon depuis 1995 et Conseiller Régional de Picardie depuis 1993.
Fonctions et Mandats :
- Conseiller Régional de Picardie
- Président du groupe FN
- Conseiller Municipal de Noyon
- Conseiller communautaire du Pays Noyonnais
- Membre du Bureau Politique du FN
- Délégué National du FN
- Secrétaire Départemental de l'Oise

Rechercher

Contactez-moi

Contactguiniot.2008@orange.fr

11, Rue de Grèce
60400 NOYON
03 44 09 02 37