Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 11:11
Je tiens tout d’abord à saluer les représentants du Bénin et du Niger qui assistent à cette session du Conseil Régional de Picardie consacrée, en partie, à la coopération décentralisée menée par l’exécutif socialiste et communiste.

Vos deux pays, francophones, sont des amis de la France par leur histoire. Bien que voisins en Afrique, ils sont différents par leur superficie, par le nombre d’habitants, par leurs richesses respectives et par leur situation politique.

Le Bénin, surnommé « le quartier Latin de l’Afrique » a acquis une image de pays démocratique, pionnier du multipartisme africain et de la liberté de la presse comme le prouve l’existence des 70 radios, des 4 télévisions privées et des quarante journaux quotidiens publiés à Cotonou.

Cette diversité médiatique Béninoise serait la bienvenue en France pour les partis politiques minoritaires de l’opposition !

Le Niger, dont l’histoire et l’occupation humaine sont très anciennes, puisqu’elles datent du 1er millénaire avant Jésus Christ, est indépendant depuis le 3 août 1960. Votre grand pays a engagé lui aussi de profondes mutations politiques dès les années 90 avec, notamment, l’adoption d’un code électoral et du code rural.

Nous souhaitons sincèrement que le « cousinage à plaisanterie », véritable force de cohésion sociale de votre pays permette à celui-ci d’avoir une existence apaisée et heureuse.

Je vous souhaite à toutes et à tous, un bon séjour en Picardie, dont vous pourrez, je l’espère, découvrir le formidable patrimoine historique, environnemental et humain de la région qui a vu naître la France.

Soyez assurés de notre totale considération, du respect que nous portons à vos peuples, de notre volonté de voir les Africains bien vivre et travailler en Afrique, afin qu’ils y préservent leur identité et leur histoire ; et qu’ils puissent préparer l’avenir de leurs enfants sur la terre qui a vu naître leurs ancêtres.

Le 30 septembre 2005, devant une délégation Béninoise, en ces mêmes lieux, j’avais exposé le point de vue des élus du Front National sur la politique de coopération voulue par la gauche socialo-communiste et soutenue par la droite gouvernementale.

Ce point de vue n’a pas changé depuis, bien au contraire.

Ce que j’ai dit à cette date et répété de multiple fois depuis, est toujours d’actualité et mes propos sont, aujourd’hui, encore plus justifiés au regard de la situation économique et sociale de notre région et du pays tout entier !

Certainement pour soulager la conscience de la gauche, si elle en a une, et pour tenter de réparer les erreurs et les horreurs que l’idéologie marxiste-léniniste a engendré dans le monde entier et en particulier sur le continent Africain, vous vous êtes emparés d’une compétence non obligatoire pour notre collectivité : la coopération dite décentralisée.

De plus, en remettant entre les mains d’une représentante de l’archaïque Parti Communiste Français les destinées de cette politique de coopération, vous avez fait un véritable pied de nez à l’histoire et un affront aux 100 millions de morts de cette idéologie qui survit aujourd’hui grâce au PS et à l’UMP dans 1 seul pays du monde occidental : la France !

Le joli document que vous nous avez présenté en guise de rapport d’étape ne nous fera pas changer d’avis, vous vous en doutiez certainement.

L’effort de présentation ne peut masquer la réalité des faits :
Votre politique de coopération ressemble à du néo-colonialisme ayant vocation à installer le modèle de société socialiste, qui vous est cher, chez nos amis Africains.
On retrouve au fil des pages le fil rouge (bien sûr) de votre idéologie : la citoyenneté et l’interculturel.
Le modèle d’organisation territorial qui est le notre et que vous prétendez insuffler en Afrique ne doit pas être si bon que cela puisque M. Sarkozy et ses amis de l’UMP veulent le changer, au prétexte qu’il ne fonctionne pas convenablement ici.

Vous tentez, par ailleurs, de faire croire qu’il y a un véritable engouement en Picardie pour votre politique de dépenses internationales en donnant les chiffres relatifs à la participation aux réunions qui lui sont consacrées. Les participants aux forums et cocktails sont, c’est vrai, bien plus nombreux que les bénévoles qui veulent bien partir aider sur place les peuples Africains !

Cette politique africaine aura au moins permis de faire un certain nombre de voyages vers le sud de l’hémisphère au prétexte de votre grande générosité, mais aux frais des contribuables Picards.

- Les 6 millions d’euros que vous consacrez à cette politique étrangère, que vous prenez dans la poche des Picards pour les disperser de par le monde, représentent 14.000 allocations mensuelles de RMI.
- Ces 6 millions d’euros, c’est ¼ des aides régionales à l’agriculture Picarde qui va disparaître à cause de la politique de Bruxelles. Ces aides vont cruellement manquer à nos agriculteurs.
- Ces 6 millions d’euros, c’est 1/7 du budget consacré au développement économique en Picardie, qui n’existera bientôt plus à cause de la politique ultra-libérale et euro mondialiste.

Nous ne sommes pas contre la coopération internationale, bien au contraire, nous sommes pour la coopération internationale. Elle est inscrite en toutes lettres dans le programme du Front National.
Nous considérons simplement que celle-ci relève de l’Etat et non pas des collectivités locales qui n’ont pas vocation à traiter cette compétence nationale, car ces collectivités n’en n’ont ni les moyens techniques, ni humains et encore moins financiers.

Cette coopération doit cesser de se faire aux dépens des pauvres des pays riches et parfois au profit des seuls riches des pays pauvres. Cette coopération doit avoir de réelles perspectives notamment dans les domaines de l’eau, de la santé, du médicament, et de l’éducation.

Cette coopération doit aussi passer par des accords de co-développement avec des coûts stables et équitables pour les matières premières exportées, mais aussi comprendre le retour de nombreux immigrés dans leurs pays d’origine.

Non, Monsieur le Président, aujourd’hui vous ne pouvez plus vous payer le luxe de cette politique. La Picardie n’en n’a plus les moyens.

Les 10.000 Picards qui ont perdu leur emploi depuis un 1 an ne vous autorisent plus à consacrer 1% de notre budget à votre politique planétaire.

Il faut suspendre ces dépenses en ces temps de crise mondiale, l’argent des Picards doit servir prioritairement aux Picards et aller à l’essentiel !


Il ne s’agit pas comme vous le direz sans doute de repli sur soi-même, où d’égoïsme. Il s’agit de préserver l’avenir de notre peuple et d’éviter à notre pays des évènements graves qui ne manqueront d’intervenir sur notre sol lorsque le nombre de chômeurs supplémentaires, estimé à 2 millions pour l’an prochain, ne permettront plus de les indemniser.

Il s’agit simplement d’aider à la survie économique et sociale de notre région : la Picardie !

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel GUINIOT - dans Conseil Régional de Picardie

Michel GUINIOT

Noyonnais depuis 35 ans, originaire de Chauny, 56 ans, marié, 1 enfant. Artisan et commerçant durant plus de 25 ans à Noyon, je suis Conseiller Municipal de Noyon depuis 1995 et Conseiller Régional de Picardie depuis 1993.
Fonctions et Mandats :
- Conseiller Régional de Picardie
- Président du groupe FN
- Conseiller Municipal de Noyon
- Conseiller communautaire du Pays Noyonnais
- Membre du Bureau Politique du FN
- Délégué National du FN
- Secrétaire Départemental de l'Oise

Rechercher

Contactez-moi

Contactguiniot.2008@orange.fr

11, Rue de Grèce
60400 NOYON
03 44 09 02 37